Les leaders africains soutiennent le plan traditionnel

Other Manual Translations: English 한국어 português español

Les intervenants à une réunion de l’Initiative pour l’Afrique ont offert leur soutien au Plan traditionnel qui sera examiné lors de la Conférence Générale spéciale de 2019.

Ils ont également appelé les conférences africaines de l'Église Méthodiste Unie à progresser vers l'autonomie économique.

« Vous ne savez pas la force vous avez jusqu’à ce que cette force soit votre seule option, » a déclaré le pasteur Edwin Momoh, membre de l’équipe de l’initiative africaine de la Conférence de Sierra Leone.

Fondée en 2008, l'Initiative Afrique offre une formation pour les conférences annuelles et provisoires de l'Église Méthodiste Unie du continent dans divers domaines, notamment l'évangélisation et les missions interculturelles, la formation de disciples, le développement du leadership et la mobilisation de ressources.

Cette organisation fournit également un forum pour discuter des questions clés qui touchent l'Église Méthodiste Unie.

Le Sommet de la prière et du leadership de l’Initiative africaine, qui s’est tenu du 6 au 11 août à Nairobi, avait pour thème « Se tenir sur les promesses de Dieu » (Ésaïe 41:10) et avait rassemblé plus de 80 responsables des conférences qui sont délégués à la Conférence Générale.

Au nombre des leaders épiscopaux présents figuraient l'évêque Kasap Owan Tshibang, région du Sud Congo, John Wesley Yohanna du Nigéria et l’évêque Daniel A. Wandabula de la région de l’Afrique de l’Est.

Kasap a promis au groupe qu'il prendrait l'initiative de dissiper l'idée selon laquelle que l'Initiative africaine essayait d'offrir une structure de leadership alternative aux évêques. 

« Je suis un membre fondateur de ce groupe et ce n'est pas en opposition à ce que nous faisons en tant qu'évêques, » a-t-il souligné, ajoutant que cette initiative offre une formation en leadership qui profite aux Eglises Méthodistes Unies en Afrique. 
Les membres de l'équipe de direction de l'Initiative Afrique se réunissent en 2018 à Nairobi, au Kenya. Photo de Julu Swen, UMNS.
Les membres de l'équipe de direction de l'Initiative Afrique se réunissent en 2018 à Nairobi, au Kenya. Photo de Julu Swen, UMNS.
Wandabula a fait l'éloge de l'Initiative pour l'Afrique en préparant les délégués à la Conférence générale et en faisant du lobbying pour avoir plus de représentations africaines dans les conseils et commissions de l'Eglise.

« Alors que nous nous préparons pour la session extraordinaire de 2019 de la Conférence Générale, nous devrions considérer la Bible comme la vraie parole de Dieu, » a-t-il déclaré. 

Les évêques ont appelé la Conférence Générale spéciale à essayer d’aider la dénomination à rester aussi unie que possible malgré une division vieille de plusieurs décennies sur la manière dont l’homosexualité pourrait être acceptée.

 Le plan traditionnel est l’un des trois contenus dans le rapport de la Commission sur la voie à suivre qui sera examiné à Saint-Louis. Il appelle à maintenir l'interdiction par l'église de l'ordination des « homosexuels pratiquants qui se reconnaissent comme tels, » ainsi que l’interdiction faite aux membres du clergé de célébrer les mariages de personnes de même sexe ou les églises qui les accueillent. Il maintiendrait la position officielle de l’Eglise selon laquelle la pratique de l’homosexualité est incompatible avec l’enseignement chrétien. 

En outre, le plan traditionnel exigerait une plus grande application de ces restrictions, notamment en exigeant que les congrégations et les conférences forment leurs propres dénominations Méthodistes si elles ne s’engagent pas à respecter les règles de l’Église sur l’homosexualité.

Les évêques n'ont pas de vote à la Conférence Générale, mais Yohanna a abordé les choix auxquels sont confrontés les délégués.

« Je ne parle pas pour le Collège des évêques en Afrique, mais à la Conférence générale spéciale de 2019, nous vous soutiendrons, nos frères et sœurs, qui plaidez pour le plan traditionnel, » a-t-il déclaré. Yohanna était l'un des 32 membres de la Commission sur la voie à suivre.

Les participants à la réunion de Nairobi ont reçu une formation sur le fonctionnement de la Conférence Générale, en mettant l’accent sur la Conférence générale spéciale qui se tiendra du 23 au 26 février à Saint-Louis.

Le révérend Keith Boyette, président de la Wesleyen Covenant Association, était parmi les orateurs.

« Si l'Eglise Méthodiste Unie décide de ne pas suivre Jésus Christ en adoptant un plan autre que le Plan Traditionnel, nous, membres de l'Association Wesleyenne, suivrons Jésus Christ, » a déclaré Boyette à la réunion de l'Initiative Afrique.

Les conférences centrales en Afrique continuent d'être fortement soutenues financièrement par l'Eglise aux Etats-Unis, et cela doit changer, a dit Momoh.

Momoh n’a pas proposé de plan spécifique pour atteindre l’autonomie, mais il a noté que la croissance de l’Eglise en Afrique est un avantage et offrait la possibilité de continuer et même d’étendre le ministère en s’appuyant sur les membres et les ressources locales. Il a ajouté que l’Initiative Afrique peut aider par des initiatives de formation. 

« L’Eglise appartient à Dieu et il veillera à ce qu’elle survive, que ce soit en Afrique, aux Etats-Unis ou ailleurs dans le monde, » a conclu Momoh.

Les dirigeants de l'Initiative africaine ont refusé de dire comment le rassemblement de Nairobi était financé.

Good News, le caucus officieux qui soutient l'enseignement traditionnel de l'Eglise sur l'homosexualité, a octroyé des subventions à l'Initiative Afrique pour aider le groupe à « accroître la capacité des dirigeants africains et leur participation à la Conférence générale », a déclaré le pasteur Thomas Lambrecht. Vice-président et directeur général.

Lambrecht a ajouté: « l’Initiative Afrique détermine son programme. Je suis sûr qu’une partie de l’argent que nous avons contribué a aidé à soutenir la réunion de Nairobi, mais tout est motivé par les décisions prises par l’Initiative Afrique. »

Lambrecht a pris la parole lors de la réunion de Nairobi, informant les personnes présentes du plan traditionnel et des deux autres options principales - les plans d’une Eglise unique et de la Conférence connexionnelle - qui seront présentés à la Conférence Générale.

Swen est un communicateur au Libéria. Sam Hodges, écrivain UMNS à Dallas, a contribué à ce rapport.
Préoccupations sociales
Helene Bataku (en robe orange), membre de l'église Méthodiste Unie Mwambangu à Fizi, a appris à lire et à écrire dans un nouveau centre de formation professionnelle dirigé par l'église Méthodiste Unie de Fizi, au Congo. Elle a déclaré que ce centre offrait aux femmes de nouvelles opportunités et une chance de rattraper leurs pairs. Photo de Philippe Kituka Lolonga, UM News.

L'Église aide à former les femmes et les jeunes marginalisés

L'Église Méthodiste Unie de l'Est du Congo a collaboré avec le gouvernement congolais pour ouvrir un centre de formation professionnelle pour les femmes et les jeunes. L'évêque Gabriel Yemba Unda a déclaré qu'il avait recherché ce partenariat pour aider les fidèles de sa région épiscopale - dont beaucoup sont des femmes qui ne savent ni lire ni écrire ou sont victimes de violences sexuelles - à se donner une vie meilleure.
L'Eglise locale
Une membre de l’Organisation des Femmes Méthodistes Unies apprend à fabriquer des serviettes hygiéniques en tissu lors de la réunion annuelle du groupe à Camphor Mission, au Liberia. Les femmes ont lancé un nouveau programme pour fabriquer localement des serviettes hygiéniques réutilisables, afin que les filles des zones rurales n'aient pas à manquer l'école pendant leur cycle menstruel. Photo de Michael Boegley, département des communications de l'Église Méthodiste Unie du Libéria.

Un projet des femmes Méthodistes Unies aide les filles des zones rurales à rester à l'école.

Les femmes Méthodistes Unies du Liberia visent à maintenir les filles des zones rurales à l'école pendant leur cycle menstruel grâce au lancement d'un nouveau programme de fabrication locale de serviettes hygiéniques réutilisables.
Mission
The Rev. Henry Luckson Chareka (left) congratulates guest of honor Mwazvita Patricia Katsidzira-Madondo, during the launch of United Methodist Barrington Christian School in Harare, Zimbabwe. Joyce Chikuni (center), board chairperson of the school, watches. The school will be the first private United Methodist institution in the urban part of Harare and the first to be run by United Methodist women. Photo by Kudzai Chingwe, UM News.

Les femmes Méthodistes Unies envisagent de créer une école privée à Harare

L'organisation des femmes de la Conférence Ouest du Zimbabwe s'est lancée dans ce qu'elle espère être un projet qui changera des vies : la création de la Barrington Christian School, la première école privée Méthodiste Unie dans la partie urbaine de Harare et la première à être gérée par des femmes Méthodistes Unies.