L’Eglise forme les jeunes de la RDC dans le domaine de la paix

Avec l'appui de Discipleship Ministries et des groupes œcuméniques locaux, l'Église Méthodiste Unie en République Démocratique du Congo enseigne les jeunes à trouver les voies et moyens pour régler les conflits de manière pacifique et trouver des alternatives à la violence.

Les conflits entre les communautés locales sont une réalité quotidienne en RDC. Les rébellions ont attisé la haine et la suspicion entre les communautés Babemba, Babuyu et Banyamulenge, a déclaré Epanga Mayaliwa, présidente des jeunes de l'Eglise Méthodiste Unie de Mwambango dans le district de Fizi. Les affrontements entre éleveurs et agriculteurs à la recherche de pâturages saisonniers ont également entraîné des pertes en vies humaines et un exode massif de populations vers la Tanzanie, le Burundi et la Zambie voisins.

L'Église Méthodiste Unie, à travers la Jeunesse pour Christ, a établi des contacts permanents avec les habitants dans ces zones de conflit. Louis Wanya, qui préside l’organisation des jeunes de la conférence annuelle du Kivu, a déclaré que l’objectif de la formation est d'aider les jeunes à proposer des solutions pacifiques aux conflits intra et intercommunautaires et de les encourager à soutenir une culture de non-violence.

Le partenariat a donné lieu à plusieurs initiatives, notamment :

  • La formation des jeunes adultes de différentes confessions religieuses (Islam, Baptistes, Adventistes) sur l'unité, en évitant le tribalisme et en vivant en paix avec les autres.
  • La mise en place de comités de paix locaux dans les différents villages à forte densité tribale, ethnique et multiculturelle.
  • La sensibilisation des communautés, en particulier les jeunes, sur leur rôle dans la cohésion sociale.
  • La formation des jeunes à travers des activités culturelles et sportives, telles que la danse folklorique, le théâtre, les sketchs et les tournois de football.
  • L’organisation de journées de réflexion et de débats.

Selon Damas Lushima, coordinateur de la jeunesse au Kivu, la sensibilisation à la paix se poursuivra en 2018 parce que le pays prépare les élections et que de nombreux politiciens utilisent les jeunes pour inciter à la violence.

Il a soutenu que l'Eglise devrait continuer à jouer un rôle majeur en éduquant tous les citoyens à cultiver l'esprit de paix.

Kituka Lolonga est un communicateur pour la conférence du Kivu.

Contact Média: newsdesk@umcom.orgInscrivez-vous pour recevoir notre bulletin mensuel gratuit des événements dans la vie de l'Église Méthodiste Unie dans votre boîte de réception.

Articles connexes

Les Femmes Méthodistes Unies
Harriett Jane Olson, United Methodist Women chief executive officer, gives closing remarks at the United Methodist Women Assembly 2018 in Columbus, Ohio. Photo by Mike DuBose, UMNS.

Les femmes Méthodistes Unies exhortées à changer hardiment le monde

Plus de 6000 femmes se sont réunies pendant trois jours pour écouter, apprendre et mener des actions sociales visant à leur donner le « pouvoir de l'audace. »
L'Eglise
A woman writes on a chalkboard during training provided for the wives of theology students at Kindu United Methodist University in the Democratic Republic of Congo. The seminary students are often accompanied by their spouses, and classes in literacy, cooking and sewing support the women in their future role as pastors’ wives. Photo by Judith Osongo Yanga, UMNS.

Au Congo, une formation transforme des vies

Pendant que leurs maris étudient la théologie, les femmes acquièrent des compétences professionnelles qui améliorent l'estime de soi et profitent aux familles.
L'Eglise
Judi Kenaston makes a presentation during a meeting of the United Methodist Standing Committee on Central Conference Matters in Abidjan, Côte d'Ivoire. Kenaston, a Connectional Table member from the West Virginia Conference, has been leading that group’s discussion about what a possible new U.S. church structure might look like. Photo by Mike DuBose, UMNS.

Soutenir la structure américaine

Les leaders de l'Église ont évoqué ce qu'ils considèrent comme une nécessité d’avoir d'un organe décisionnel qui traite exclusivement des questions américaines, mais ils n’ont pas adopté de proposition formelle.