Une église Méthodiste Unie au Ghana à la recherche de soutien

Other Manual Translations: English

L'église Méthodiste Unie de Buduburam au Ghana risque de fermer si les leaders qui ont aidé à établir cette église n'agissent pas rapidement, a dit James Y. Kaifunbah, pasteur en charge.

« Bien que nous soyons appelés Église Méthodiste Unie, nous nous sentons seuls dans ce que nous considérons comme une connexion mondiale, » a-t-il dit. « L'extinction de cette église signifierait la fin du Méthodisme Uni au Ghana. »

Les Méthodistes Unis qui ont fui le Libéria pendant la guerre civile dans les années 1990 ont fondé l'Église Méthodiste Unie de Buduburam en 1994 dans ce qui était autrefois le camp de réfugiés libériens.

Considérée comme faisant partie du district de Monrovia (Libéria), cette église dépendait à la Conférence du Libéria. Bien que faisant toujours partie de cette conférence, cette église ne reçoit aucune aide administrative ni financière, a dit Kaifunbah.

L’église Méthodiste Unie de Buduburam est la seule église Méthodiste Unie du Ghana, a-t-il dit. À ses débuts, l'église tenait deux cultes le dimanche avec un site de prédication appelé Krisan Refugees United Methodist Church dans la région Ouest du Ghana. Aujourd'hui, l'église parvient à peine à réunir 50 personnes lors d'un culte régulier.

« Le plus grand nombre de fidèles que nous pouvons obtenir pendant un dimanche, comme la fête des pères ou la fête des mères, est de 50 personnes, » a déclaré Kaifunbah.

Le révérend George D. Wilson, directeur du conseil sur les ministères connexionnels et de la commission stratégique de l'Église Méthodiste Unie du Libéria, a déclaré que la Conférence du Libéria n'avait pas soutenu cette église depuis des années ni organisé de ministère avec l'église Méthodiste Unie de Buduburam.
Le Révérend James Y. Kaifunbah (au centre avec le micro) prie pour les membres de l'église Méthodiste Unie de Buduburam (Ghana) pendant le culte du dimanche 3 novembre. L'église, fondée par les Méthodistes Unis qui ont fui le Libéria pendant la guerre civile des années 1990, risque d’être fermée, selon Kaifunbah. Photo de E Julu Swen, UM News.
Le Révérend James Y. Kaifunbah (au centre avec le micro) prie pour les membres de l'église Méthodiste Unie de Buduburam (Ghana) pendant le culte du dimanche 3 novembre. L'église, fondée par les Méthodistes Unis qui ont fui le Libéria pendant la guerre civile des années 1990, risque d’être fermée, selon Kaifunbah. Photo de E Julu Swen, UM News.
« L'église est un tremplin potentiel pour l'établissement de l'Église Méthodiste Unie au Ghana, » a dit Wilson.

Kaifunbah soutient que cette église a aussi perdu son école il y a plus de 10 ans. L'école a été fondée en 2004 comme une source d'expansion de la mission de l'Église Méthodiste Unie au Ghana. L'église n'a pas été en mesure d'assurer l'entretien de l'école après que de nombreux Libériens sont rentrés chez eux et que les leaders n'ont pas pu obtenir de partenariats avec les ghanéens pour la gestion de l'école.   

Kaifunbah a dit à United Methodist News que ses membres et lui sont les seuls à soutenir l'église.

« Depuis que l'évêque John G. Innis a négocié l'accord pour que l'Église Méthodiste du Ghana prenne le contrôle de cette église en 2007, nous sommes laissés pour compte, » a-t-il dit.

Malgré ces négociations, les autorités de l'Église Méthodiste du Ghana ont déclaré que l'Église Méthodiste Unie de Buduburam ne pouvait pas s'intégrer dans leur système. « Ils ont dit que nous n'avons pas de statut légal pour intégrer leur système ecclésial, » explique Kaifunbah.

Il a dit qu'il espérait que l'église Méthodiste Unie de Buduburam pourrait devenir une station missionnaire, qui pourrait être utilisée pour l'expansion de l'Église dans ce pays de l'Afrique de l'Ouest.

La station missionnaire de l'Eglise en Guinée est un exemple de ce qui pourrait être fait au Ghana, a dit Kaifunbah.

« (L'église) pourrait utiliser une installation similaire qui a été utilisée pour transformer l'église Méthodiste Unie de Diecke en Guinée en un Ministère Guinéen, qui a été créée en 1997 et qui compte maintenant 15 églises, un hôpital de référence et une école secondaire, » dit-il.

Sans aide au cours des cinq prochaines années, a-t-il dit, l'église Méthodiste Unie de Buduburam mourra comme les autres églises établies par les réfugiés libériens dans le camp.

L'Église Méthodiste Episcopale Africaine (AME) est une Église qui n'existe plus parce que ses membres sont retournés au Libéria ou parce qu'elle n'obtenait pas le soutien de sa dénomination, a dit Kaifunbah.

La Révérende Marilyn V. Clinton, qui était auparavant pasteure de l'Église Méthodiste Episcopale Africaine et qui est maintenant pasteure associée à Buduburam, a confirmé la menace à laquelle l'Église faisait face.

« Je suis venue dans cette église parce qu'à l'origine j'étais Méthodiste Unie avant d'aller à l'AME, » a dit Clinton. Elle a indiqué que la plupart des églises qui survivent dans le camp de Buduburam ont soit fusionné avec la partie ghanéenne, soit été reprises par les Ghanéens. »

« Nous ne survivrons pas en tant qu'Église Méthodiste Unie si l'Église méthodiste du Ghana refuse de nous intégrer dans sa structure, » a-t-elle dit.

United Methodist News a contacté deux anciens surintendants du circuit de Kasoa, diocèse de Winneba de l'Église Méthodiste du Ghana. Le Révérend Isaac Tawiah Fynn et le Révérend Percy Omanano ont tous deux confirmé que l'église Méthodiste Unie de Buduburam représentait un défi pour le processus d'intégration dans l'Église Méthodiste du Ghana.

Fynn a indiqué que le leadership de l'église doit être persistante dans son processus d'engagement, en soulignant que « Tout n'est pas perdu, nous devons juste continuer de nous parler. »

Wilson a souligné que ce qui a été fait en Guinée pourrait l'être au Ghana. Il a dit que l'Église libérienne a maintenant les ressources humaines dans le pays pour lancer le processus.

« Nous devons dialoguer avec l'Église Méthodiste Unie  mondiale pour l'établissement d'une station missionnaire au Ghana, » a dit Wilson.

Swen est un communicateur au Libéria.
Contact média : newsdesk@umcom.org
L'Eglise
Evêque Benjamin Boni, de la Conférence Annuelle de Côte d’Ivoire. Photo de Isaac Broune, UMNS.

Message de Nouvel An de l’Evêque Benjamin Boni

A l’orée de l’année 2020, les Evêques Benjamin Boni (Côte d’Ivoire) et Gabriel Unda (Congo-Est) présentent leurs vœux à l’Eglise.
Evangélisation
Elasto Musakanda (à droite), directeur de l'école primaire de Pagejo Rarubi, rit avec les élèves et le personnel de la ferme de Pagejo Rarubi dans la campagne zimbabwéenne. L'Eglise Méthodiste Unie établie sur la propriété paie les frais de scolarité de 20 élèves par an et fournit des fournitures et d'autres formes de soutien, a-t-il dit. Photo de Kudzai Chingwe, UM News.

Les églises de ferme diffusent l'Evangile dans les communautés rurales

Les communautés agricoles sont souvent associées à un taux élevé d'analphabétisme, à des mariages précoces, à l'abus d'alcool et à une prévalence accrue du VIH. Pour combattre certains de ces problèmes, l'Église Méthodiste Unie a aidé à établir et à soutenir des églises dans deux fermes de la région.
Evangélisation
Josiane Bahi, 33 ans, tient dans ses bras sa petite-fille Grâce Debra de 1 an, dans le camp de réfugiés ivoiriens d'Ampain (Ghana), où Josiane Bahi, une Méthodiste Unie, réside depuis 2012. Sa petite-fille faisait partie des plus de 540 enfants qui ont reçu un présent de l'Église Méthodiste Unie de Côte d'Ivoire le jour de Noël. Photo de Isaac Broune, UM News.

Les enfants d’un camp de réfugiés reçoivent une surprise de Noël

Une délégation de l'Église Méthodiste Unie de Côte d'Ivoire a distribué plus de 540 jouets dans un camp de réfugiés au Ghana le jour de Noël.