Nhanala: « L'Afrique est prête » pour la seconde femme évêque

Other Manual Translations: English

L’évêque Joaquina F. Nhanala, 62 ans, est une femme formidable. Ses collègues du Collège des évêques africains l'appellent « la reine d'Afrique » ou simplement « notre reine. »

La première et unique femme évêque Méthodiste sur le continent africain est passé par un parcours de combattant au cours des dix dernières années. Sa prière est que « davantage de femmes soient élues à l'épiscopat en 2020. »

Au cours d’une rencontre avec l’Agence Méthodiste Unie de Presse à l’entame de la Conférence des Femmes pasteures Méthodistes Unies d’Afrique, Nhanala a évoqué son parcours, les défis auxquels elle a été confrontée ainsi que les actions menées pendant la première décennie à la tête de la zone épiscopale du Mozambique.

 

Comment s'est passé votre parcours dans l'épiscopat et que ressentiez-vous ?

L'idée de me présenter aux élections ne vient pas de moi. Lorsque l'évêque (João Somane) Machado a pris sa retraite, un groupe de personnes s'est approché de moi et m'a demandé si je pouvais me présenter à l'épiscopat. Ensuite, d'autres voix ont commencé à se joindre à la leur. Ainsi, la flamme s’est allumée.

Plus j'y pensais, plus je réalisais que c'était une énorme responsabilité. Le Mozambique est une région épiscopale avec trois conférences. Il est très vaste géographiquement, avec des églises éloignées les unes des autres.

À l'époque, je travaillais pour World Relief, une organisation non gouvernementale s'occupant du VIH / sida et des jeunes, et j'ai appris à connaître la plupart de mes pairs grâce à mon travail. Cette interaction a peut-être incité mes collègues à m'encourager à participer aux élections épiscopales.

 

Comment votre famille a-t-elle perçu cette idée ?

Ma famille était préoccupée par l’énorme responsabilité. Je croyais que je pouvais le faire, néanmoins, c'était une énorme responsabilité. Je n'étais qu'un pasteur et je n'avais jamais été surintendant de district. Il y avait des personnes qui étaient mieux placées pour être évêque. Je n’étais jamais allé à une Conférence générale. Ma première participation a été après mon l’élection.

 

Quels ont été les principaux défis auxquels vous avez été confronté au cours des 10 dernières années ?

Certaines personnes ont des appréhensions vis-à-vis des femmes pasteures ou évêques. Beaucoup de personnes ne croient pas au leadership féminin. Travailler dans un tel environnement est un défi. L'environnement général de travail n'est pas mauvais, mais il y a encore des personnes qui ne croient pas en moi.

 

Quelles ont été les principales réalisations de votre décennie en tant qu’évêque ?

Nous avons réalisé beaucoup de choses dans la communauté. Avec l'aide de nos partenaires du Missouri, nous avons réussi à fournir de l'eau potable aux communautés. Ce qui a contribué à réduire les cas de maladies d'origine hydrique. (L'Initiative du Mozambique est un partenariat de 20 ans avec la Conférence du Missouri.)

L'église est maintenant très visible dans les communautés. Nous avons participé activement à la prévention du paludisme et à la promotion de bonnes pratiques en matière de santé maternelle. Les femmes sont encouragées à suivre des consultations prénatales afin de réduire la mortalité maternelle. En eoutre, nous avons renforcé la formation des laïcs.

Nous avons ouvert l’Université Méthodiste Unie de Cambine l’année dernière. Cette institution a établi un partenariat avec Africa University au Zimbabwe.

Trois écoles primaires ont été construites au cours des 10 dernières années dans des zones reculées où nous avons constaté qu’un grand nombre de filles ne fréquentaient pas l’école en raison des longues distances à parcourir pour se rendre dans l’école la plus proche. Nous prévoyons de construire plus de salles de classe pour que les élèves puissent accéder à l'enseignement secondaire dans les nouvelles écoles.

Nous avons également progressé dans l'amélioration de la politique économique de l'église. Nous avions l'habitude de dépendre de partenaires, mais nous explorons des moyens de devenir financièrement autonomes.

 

L'Afrique est-elle prête pour sa deuxième femme évêque ?

Je crois fermement que l'Afrique est prête. La question que nous devrions nous poser est de savoir si le système actuel de l’Église est prêt à permettre à plus de femmes d’entrer dans l’épiscopat.

 

Avez-vous un message pour les femmes pasteures qui aspirent à devenir évêques ?

Écoutez ce que Dieu dit. Il n'y a pas d'école pour l'épiscopat. Vous venez d'entrer en fonction en faisant confiance à Dieu. N'ai pas peur.

Il est grand temps. Ne résistez pas. Suivez simplement l'appel de Dieu. Il est fidèle. Je félicite celles qui se sentent appelés à servir. C'est une bonne chose que d'aspirer à des postes plus élevés.

 

Quelle est votre relation avec les autres évêques du continent ?

Je suis bénie. Ils m'appellent « La Reine d'Afrique » ou « Notre Reine. » De plus, ils sont très aimables. Nous sommes au même niveau et nous sommes très matures. Je n'ai pas encore ressenti de discrimination.

Il ne fait aucun doute que nous prenons des décisions différemment, mais nous sommes tous en train de conduire les gens vers Dieu. Les évêques masculins ne sont pas intimidants, mais il est important que nous ayons plus de femmes dans l'équipe.

 

Chikwanah est une communicatrice de la Conférence annuelle de l'Est du Zimbabwe.

Contact Média : newsdesk@umcom.org

Préoccupations sociales
Helene Bataku (en robe orange), membre de l'église Méthodiste Unie Mwambangu à Fizi, a appris à lire et à écrire dans un nouveau centre de formation professionnelle dirigé par l'église Méthodiste Unie de Fizi, au Congo. Elle a déclaré que ce centre offrait aux femmes de nouvelles opportunités et une chance de rattraper leurs pairs. Photo de Philippe Kituka Lolonga, UM News.

L'Église aide à former les femmes et les jeunes marginalisés

L'Église Méthodiste Unie de l'Est du Congo a collaboré avec le gouvernement congolais pour ouvrir un centre de formation professionnelle pour les femmes et les jeunes. L'évêque Gabriel Yemba Unda a déclaré qu'il avait recherché ce partenariat pour aider les fidèles de sa région épiscopale - dont beaucoup sont des femmes qui ne savent ni lire ni écrire ou sont victimes de violences sexuelles - à se donner une vie meilleure.
L'Eglise locale
Une membre de l’Organisation des Femmes Méthodistes Unies apprend à fabriquer des serviettes hygiéniques en tissu lors de la réunion annuelle du groupe à Camphor Mission, au Liberia. Les femmes ont lancé un nouveau programme pour fabriquer localement des serviettes hygiéniques réutilisables, afin que les filles des zones rurales n'aient pas à manquer l'école pendant leur cycle menstruel. Photo de Michael Boegley, département des communications de l'Église Méthodiste Unie du Libéria.

Un projet des femmes Méthodistes Unies aide les filles des zones rurales à rester à l'école.

Les femmes Méthodistes Unies du Liberia visent à maintenir les filles des zones rurales à l'école pendant leur cycle menstruel grâce au lancement d'un nouveau programme de fabrication locale de serviettes hygiéniques réutilisables.
Mission
The Rev. Henry Luckson Chareka (left) congratulates guest of honor Mwazvita Patricia Katsidzira-Madondo, during the launch of United Methodist Barrington Christian School in Harare, Zimbabwe. Joyce Chikuni (center), board chairperson of the school, watches. The school will be the first private United Methodist institution in the urban part of Harare and the first to be run by United Methodist women. Photo by Kudzai Chingwe, UM News.

Les femmes Méthodistes Unies envisagent de créer une école privée à Harare

L'organisation des femmes de la Conférence Ouest du Zimbabwe s'est lancée dans ce qu'elle espère être un projet qui changera des vies : la création de la Barrington Christian School, la première école privée Méthodiste Unie dans la partie urbaine de Harare et la première à être gérée par des femmes Méthodistes Unies.