Les principaux votes de la GC2019 suscitent à la fois angoisse et satisfaction

Other Manual Translations: English

Une journée longue et émouvante de la Conférence Générale, avec des votes affirmatifs mais non définitifs, a laissé ceux qui souhaitaient une inclusion plus complète des personnes LGBTQ dans l’Église Méthodiste Unie admettre le découragement.

Ils ont assisté à la défaite devant le comité législatif du Plan d’une Eglise unique, qui aurait permis à des églises et à des conférences américaines de décider de célébrer des unions homosexuelles et de consacrer ouvertement des pasteurs homosexuels.

« Il y a beaucoup de visages abattus, » a déclaré John Hannifan, un observateur de la Memorial United Methodist Church à Elizabethtown, dans le Kentucky. « il fera, peut-être, jour demain mais actuellement il fait sombre. »

Ce n'était pas l'avis d'Antoine Umba Ilunga, un délégué de la Conférence du Nord Katanga au Congo. Il était heureux que le Plan Traditionnel - qui maintient les restrictions de l'Eglise contre l'ordination des « soi-disant homosexuels pratiquants » et la célébration des unions de personnes de même sexe par les églises et les pasteurs - ait bénéficié du soutien de la majorité pour passer en plénière.

Pourquoi pense-t-il que ce plan devrait prévaloir ?

« Une raison simple, parce que la Bible dit qu'un homme doit être marié à une femme, » a-t-il déclaré.
 
Les progressistes ont eu leur heure de gloire grâce aux remarques de Jeffrey « J.J. » Warren, un délégué suppléant ouvertement homosexuel de la Conférence de l'Upper New York. Il a été ovationné lorsqu'il a évoqué son ministère d'évangélisation avec les étudiants LGBTQ de Sarah Lawrence College et de son rêve de poursuivre son ministère.

« Ils ne savaient pas que Dieu pouvait les aimer parce que leurs églises disaient que Dieu ne le ferait pas. Donc, si nous pouvons être une église qui présente Jésus à des personnes à qui on dit qu'elles ne pouvaient pas être aimées, alors c'est ce que je veux que notre église soit. Et, c’est cette Eglise Méthodiste que j’aime et dans laquelle je veux être pasteur en un jour, » a déclaré Warren.

Pour le révérend Jay Williams, pasteur de l’Union United Methodist Church à Boston, le discours de Warren a constitué un baume.

« Incroyable, » a déclaré Williams. « C'est la parole de Dieu prêchée - une parole d'amour et de justice. Cela a constitué une source d’espoir dans cette journée dévastatrice. »

Le révérend Israel Alvaran, organisateur régional de Reconciling Ministries Network, s’étouffait en décrivant les propos de Warren.

« C’était un moment où l’Esprit nous donnait des coups de coudes à travers la voix des jeunes, » a-t-il déclaré.

Warren, 22 ans, a déclaré après la clôture de la Conférence générale qu’il avait parlé avec son cœur et senti le « soutien écrasant » de ses collègues et d'autres personnes.

« Au moins 35% des évêques sont déjà venus nous ont remercier de les avoir aidés. C’est la grande affirmation », a-t-il déclaré.

A part les remarques de Warren, la journée a été consacrée en grande partie à ceux qui favorisaient le Plan Traditionnel.

Le révérend Rob Renfroe est président du groupe de plaidoyer traditionaliste Good News. Il a profité d'un petit-déjeuner pour encourager les Méthodistes Unis aux vues similaires à continuer de ne pas jubiler à propos des votes. Mais il a dit, pendant, la pause déjeuner qu'il était satisfait de la conférence jusqu'à présent.

« Je pense qu'il est évident que les délégués préfèrent le Plan Traditionnel, » a-t-il déclaré.

Le 26 février, dernier jour de la conférence, les délégués prendront probablement la décision finale concernant ce plan ainsi que les pétitions destinées à faciliter la tâche des églises qui souhaitent quitter la dénomination.

Renfroe a déclaré qu'un plan de sortie est nécessaire afin que les églises des « deux côtés » puissent partir avec leur propriété si elles le jugent nécessaire pour des raisons de conscience.

Il a insisté sur le fait que les traditionalistes n'essayaient pas de chasser ceux qui souhaitaient l'inclusion complète des personnes LGBTQ dans l'Église Méthodiste Unie. Mais il a déclaré que les violations du Livre de Discipline devaient prendre fin.

« Vivre selon notre alliance, » a-t-il dit. « Si vous pouvez changer notre alliance, alors vous pouvez la changer - mais sinon, vous devez vivre conformément à celle-ci, ou alors l'Eglise doit la faire respecter. »
Le révérend Tom Lambrecht donne des instructions aux délégués de la Conférence Générale 2019 lors du petit-déjeuner-briefing organisé le 25 février et parrainé par Good News, le groupe non officiel de défense des droits traditionalistes au sein de l'Église Méthodiste Unie. Photo de Sam Hodges, UMNS.
Le révérend Tom Lambrecht donne des instructions aux délégués de la Conférence Générale 2019 lors du petit-déjeuner-briefing organisé le 25 février et parrainé par Good News, le groupe non officiel de défense des droits traditionalistes au sein de l'Église Méthodiste Unie. Photo de Sam Hodges, UMNS.
Le révérend Paul Escamilla, délégué suppléant de la Conférence de Rio-Texas, arborait le bouton « Plan d’une Eglise unique » et était découragé par le résultat du vote de la conférence.

Mais pas au point de vouloir s'enfuir.

« Georgia O’Keefe a trouvé des couleurs dans le désert, et je veux le faire aussi, » a déclaré Escamilla, pasteur de l’Eglise Méthodiste Unie de Laurel Heights à San Antonio. « Je ne suis pas prêt à quitter notre église. »
L’évêque Laurie Haller, de la Conférence de l'Iowa, a reconnu que la conférence ne s'était pas déroulée comme elle et les évêques l'avaient espéré.

« C’est nous qui avons proposé le Plan d’une Eglise unique. Je suis donc déçue que le Plan Traditionnel ait été adopté (en comité législatif) aujourd’hui, » a-t-elle déclaré. « Je sais que les votes finaux ont lieu demain. »

Certaines églises progressistes voudraient-elles quitter la dénomination si le plan traditionnel l'emportait ?

« Je suppose que ce serait le cas, » a-t-elle déclaré.

Haller a ajouté qu'il semble y avoir un soutien malgré le fossé théologique pour que les églises puissent quitter la dénomination en toute conscience, sans aucune pénalité financière lourde.

« Je sens vraiment que tout le monde veut qu'il y ait un bon résultat en ce qui concerne la façon dont nous allons avancer, » a-t-elle déclaré.

L’évêque Paul Leland, de la Conférence de l'ouest de la Caroline du Nord, a déclaré qu'il avait souhaité un « plan neutre, » reconnaissant les points de vue divergents entre ses églises. Mais il a convenu avec Haller que tout résultat final est susceptible d'avoir des conséquences.

« Nous devrons peut-être être prêts à dire au revoir à certaines personnes et à certaines congrégations, » a-t-il déclaré.

L’évêque John K. Yambasu, de la région de Sierra Leone, a reconnu que les divisions entre Méthodistes Unis ont été douloureusement évidentes pendant cette conférence. Mais il était convaincu que tous les Méthodistes Unis avaient prié pour que la volonté de Dieu soit faite.

« En dernier ressort, Dieu va conduire son église où il le souhaite, » a-t-il déclaré.

Hodges est basé à Dallas et écrit pour United Methodist News Service. Contactez-le à 615-742-5470 ou à newsdesk@umcom.org . Pour avoir plus de nouvelles de l’Église Méthodiste Unie, souscrivez gratuitement aux résumés quotidiens ou hebdomadaires.
L’évêque Kenneth H. Carter prononce le sermon lors du culte d'ouverture de la Conférence Générale 2019 de l’Eglise Méthodiste Unie à Saint-Louis. Photo de Kathleen Barry, UMNS.

Demandez à l'EMU : Que s'est-il passé lors de la Conférence Générale ?

Beaucoup de Méthodistes Unis se posent des questions après la Conférence Générale 2019. Ask The UMC, un ministère de United Methodist Communications offre des réponses aux questions les plus fréquemment posées.
L'Eglise
Cheryl Jefferson Bell, delegate (standing) from the Great Plains Conference, raises her hands in prayer during the Feb. 23 morning of prayer at the 2019 Special Session of the United Methodist General Conference in St. Louis.  Photo by Kathleen Barry, UMNS.

La Conférence Générale en images

Suivez la Conférence Générale via les objectifs de nos meilleurs photojournalistes. ​
L'Eglise
Les délégués de Floride, Rachael Sumner (à gauche) et la révérende Jacqueline Leveron (à droite) de la Conférence de Floride se tiennent les mains pour prier avec les évêques et d'autres délégués présents sur le podium avant un vote important sur la politique de l'Eglise en matière d'homosexualité à la Conférence Générale 2019 de l’Église Méthodiste Unie à St. Louis. Photo de Mike DuBose, UMNS.

La Conférence Générale de 2019 adopte le Plan Traditionnel

Les délégués à la plus haute assemblée législative de l’Église Méthodiste Unie ont approuvé un plan qui énonce les politiques de l’église en matière d’homosexualité et renforce le respect de la loi. Le vote était de 438 à 384.