Commentaire : Malgré les différences, le culte reste la clé de la communauté

Other Manual Translations: English

Les délégués des conférences annuelles de l'Église Méthodiste Unie se préparent à débattre du rapport et des pétitions que la Commission sur la Voie à Suivre et d'autres ont soumis à la prochaine Conférence Générale extraordinaire.

Les délégués sont censés écouter le plus grand nombre de voix possible venant de diverses parties de l’Église Méthodiste Unie mondiale. Les délégués et les responsables d'église doivent écouter les voix de l'Afrique, de l'Europe, des Philippines et des États-Unis avant et pendant l'assemblée législative prévue du 23 au 26 février à Saint-Louis.

Evêque David Yemba. Avec l’aimable autorisation du Conseil des évêques.
Evêque David Yemba. Avec l’aimable autorisation du Conseil des évêques.

Et pendant qu’ils écoutent, les délégués doivent garder à l’esprit que la communauté de culte à ce rassemblement peut les réunir en une famille célébrant l’amour et les promesses de Dieu. Une dénomination divisée ne peut pas être en pleine communion avec Dieu, mais l'expérience du culte ouvre une fenêtre à travers laquelle nous regardons l'église en laquelle nous croyons.

L’expérience du culte, associée à une écoute attentive de différentes voix, aidera les délégués à prendre des décisions éclairées pour l’avenir de la dénomination. Ces représentants, bien qu'élus et mandatés par leurs conférences annuelles respectives, doivent garder à l'esprit qu'ils sont avant tout membres de l'Église Méthodiste Unie, par leur baptême et leur adhésion à leurs églises locales respectives.

Leur élection était possible grâce à leur adhésion. Lorsque chacun de nous est devenu membre de cette dénomination, nous nous sommes engagés devant Dieu et la congrégation à soutenir cette Eglise et - en même temps, à accepter l'histoire, les doctrines, la politique, y compris le symbole de la croix et de la flamme - de l’Eglise Méthodiste Unie.

Le texte ci-dessous n'ignore pas la question controversée de l'homosexualité et son impact sur les familles, les congrégations et la société en général. Le but est de partager mes réflexions sur la nature de l'Eglise dont nous prétendons être membres.

Deux aspects retiennent mon attention : l’Eglise en tant que réalité historique et l’Eglise en laquelle nous croyons et que nous confessons dans le culte. Ma voix ne se concentre pas sur l'homosexualité simplement parce que l'Eglise, malgré les exigences de sa discipline ou de sa politique, ne résoudrait pas le problème de l'homosexualité de manière complète et définitive, sachant également que ce n'était pas le seul problème auquel l'Eglise a été confrontée par le passé, le présent et le futur. Je crois qu'une approche à un tel problème de société peut être traitée de manière appropriée lorsque l'Eglise, basée sur la loi du pays en vigueur, collabore avec un système de gouvernement national.

La prochaine session du GC2019 aura lieu après une « timide » célébration du jubilé de l’Église Méthodiste Unie - 50 années d’expérience dans la réalisation du ministère et dans le développement missionnaire considérable en tant que dénomination. Allons-nous revenir en arrière sur la base de cette expérience et à ce stade de développement ? L'histoire nous le dira.

Néanmoins, les délégués à qui incombent la responsabilité juridique disciplinaire et l'obligation morale peuvent aider collectivement des millions de leurs frères et sœurs Méthodistes Unis à voir et à célébrer une voie à suivre pour la poursuite de notre vie commune en tant qu'Eglise.

Le mot « Eglise » est souvent mentionné dans les discours théologiques, dans les credo ainsi que dans le culte et les prières, selon deux aspects distincts : l’Eglise telle qu’elle a été vécue dans l’histoire de l’humanité, l’Eglise telle qu’elle croyait être au-delà de cette histoire de l'autre.

C'est dire l'Eglise dans laquelle nous avons des membres et l'Eglise du credo. Je ne parle pas de deux églises distinctes. En fait, il n'y a qu'une seule Eglise de Dieu. Je me réfère plutôt à une dénomination en tant qu'aspect d'une Eglise dans son cheminement spirituel sur la terre vers l'aspect de l'Eglise en laquelle nous croyons déjà et croyons déjà dans le credo.

En pensant à une réunion de la Conférence Générale dans l’Église Méthodiste Unie, je pense aux deux activités principales suivantes lorsque cet organe se réunit tous les quatre ans, à savoir le culte et les travaux législatifs. Nous ne savons pas encore comment les délibérations législatives se dérouleront lors de la réunion de Saint-Louis, ni quels seront les résultats de cette réunion extraordinaire. Mais nous savons certainement que le culte occupera une place importante dans l’ordre du jour de cette rencontre.

En plus de l'héritage doctrinal que les Méthodistes partagent avec les autres chrétiens, le Livre de Discipline souligne l'accent wesleyen caractéristique pour comprendre la vie de l'Église Méthodiste Unie. L'une de ces priorités est la fonction de culte dans la vie de l'église: « Enfin, nous, Méthodistes, soulignons la fonction nourricière et utile de la fraternité chrétienne dans l'Eglise. L'expérience personnelle de la foi est nourrie par la communauté de culte. » (Livre de Discipline 2012, p. 51-52).

De par sa nature et sa mission dans le monde, l’Église est la création et le don de Dieu. Elle ne doit en aucun cas être considéré comme une simple organisation humaine. Il arrive que, par la grâce de Dieu, nous devenions membres d'une dénomination, d'un aspect de l'église dans l'histoire de l'humanité. Par conséquent, le but de cet aspect de l'Eglise est de témoigner de l'amour parfait de Dieu à travers la communion de ses membres ainsi que de sa mission de partager cet amour dans le monde.

En parlant de l'Eglise dans l'histoire, nous pouvons apprendre quelques leçons de deux pères de l'Eglise en Afrique du Nord. En premier lieu, Saint Cyprien (200-258), évêque de Carthage, était confronté au problème de la réadmission des membres de l'église qui avaient renié la foi chrétienne pendant la persécution et de la façon de maintenir l'Église unie pendant cette crise.

Cyprien a écrit à sa communauté que « On ne peut avoir Dieu pour père si on n'a pas l'Eglise pour mère. » Cyprien a utilisé l'analogie du langage familial et a déclaré que, puisque nous appelons Dieu notre père, nous devrions nous rappeler que nous avons appris à le faire par et dans l'église en tant que notre mère spirituelle.

Deuxièmement, un autre athlète de religion chrétienne en la personne de Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone près de Carthage en Afrique du Nord, fut confronté aux interprétations du siège de Rome de son temps. Augustin a écrit « La cité de Dieu. » Pour Augustin, l'église est « l'incarnation mondaine de la cité de Dieu. » A dessein, elle est différente d'une ville construite par l'État, comme Rome. L'Eglise, avait-il expliqué, inclut la partie de ses membres qui est sur la terre, exposée au pouvoir du péché, à la persécution, au martyr et aux divisions. Et pourtant, elle est liée à la partie des membres de l'église qui sont au paradis, loin de « la misère des conséquences de la chute. »

De plus, pour Augustin, l’Eglise visible sur la terre est un mélange de vrais chrétiens et de faux membres. Mais cette Eglise est toujours considérée comme un lieu où l'amour prend place. Cet amour est créé et maintenu par le Saint-Esprit et nourri par de vrais croyants. Augustin a fondé son interprétation et son argumentation sur la parabole des mauvaises herbes de Matthieu 13: 24-30.

Il est de notoriété publique que les terminologies doctrinales que nous utilisons dans l’Église aujourd’hui, que ce soit la trinité, les deux natures de Jésus-Christ, l’Église catholique, etc., ont été conçues par ces grands leaders que nous appelons pères de l’Eglise. Pour ces dirigeants et les générations suivantes, l'église est catholique car elle est issue de et dirigée par l'Évangile catholique de Jésus-Christ.

À Saint-Louis, la Conférence Générale extraordinaire se réunira en tant qu’Eglise in via, une Eglise dans sa réalité historique, ainsi qu’une famille spirituelle et une famille cultuelle. Quels que soient les noms de groupes qui nous sont donnés en fonction de nos idéologies ou de nos intérêts, conservateurs ou traditionalistes, libéraux ou progressistes, centristes ou unis, nous, membres de la communauté de culte, avons un nom de famille commun : nous sommes chrétiens, disciples de Jésus-Christ.

Cette communauté de culte, bien que toujours exposée à des malentendus, à des conflits de motivations différentes et à des divisions, est néanmoins, par la puissance du Saint-Esprit, déjà devenue une famille célébrant l'amour et les promesses de Dieu. En tant que telle, la Conférence Générale extraordinaire ne doit pas succomber à la tentation de nous retrouver parfois dans des situations dualistes de défense pour ou contre une position en temps de crise.

Nous croyons que, bien que nous ne soyons pas en pleine communion avec Dieu en tant qu'Eglise divisée – de diverses appartenances sur la terre, - l'expérience du culte ouvre une fenêtre par laquelle nous examinons l'Eglise en laquelle nous croyons. Nous croyons en la communion des saints !

Je me joins aux millions de Méthodistes Unis du monde entier pour prier pour les délégués et pour la session extraordinaire de la Conférence Générale.

Nous savons tous que nous luttons toujours pour associer l’Eglise dans laquelle nous sommes membres et l’Eglise en laquelle nous croyons, pour devenir ce que nous sommes déjà appelés à être. Au milieu de ce défi, nous prions et espérons que les délégués seront guidés par le Saint-Esprit pour utiliser leur sagesse collective afin de guider notre Eglise maternelle vers un avenir meilleur après avoir adoré ensemble lors de cette rencontre historique de Saint-Louis.

Yemba a été évêque dans la région épiscopale du centre du Congo de 2005 à sa retraite en 2017. Il a été l'un des trois modérateurs de La Commission Sur la Voie à Suivre, une commission mise en place par le Conseil des évêques pour proposer une solution à la longue décennie division de l'Eglise sur l'homosexualité.

L’évêque Kenneth H. Carter prononce le sermon lors du culte d'ouverture de la Conférence Générale 2019 de l’Eglise Méthodiste Unie à Saint-Louis. Photo de Kathleen Barry, UMNS.

Demandez à l'EMU : Que s'est-il passé lors de la Conférence Générale ?

Beaucoup de Méthodistes Unis se posent des questions après la Conférence Générale 2019. Ask The UMC, un ministère de United Methodist Communications offre des réponses aux questions les plus fréquemment posées.
L'Eglise
Cheryl Jefferson Bell, delegate (standing) from the Great Plains Conference, raises her hands in prayer during the Feb. 23 morning of prayer at the 2019 Special Session of the United Methodist General Conference in St. Louis.  Photo by Kathleen Barry, UMNS.

La Conférence Générale en images

Suivez la Conférence Générale via les objectifs de nos meilleurs photojournalistes. ​
L'Eglise
Les délégués de Floride, Rachael Sumner (à gauche) et la révérende Jacqueline Leveron (à droite) de la Conférence de Floride se tiennent les mains pour prier avec les évêques et d'autres délégués présents sur le podium avant un vote important sur la politique de l'Eglise en matière d'homosexualité à la Conférence Générale 2019 de l’Église Méthodiste Unie à St. Louis. Photo de Mike DuBose, UMNS.

La Conférence Générale de 2019 adopte le Plan Traditionnel

Les délégués à la plus haute assemblée législative de l’Église Méthodiste Unie ont approuvé un plan qui énonce les politiques de l’église en matière d’homosexualité et renforce le respect de la loi. Le vote était de 438 à 384.